Conclusion de la présidente

Vous êtes‐vous demandé pourquoi nous avons choisi Corseaux comme lieu de réunion ?
Vous avez peut‐être vu l’horrible panneau bleu qui accueille les visiteurs à l’entrée du village, vantant les vins et la gastronomie de celui‐ci. Et c’est un fait que la qualité de la table corsaline constitue déjà une bonne raison. Je suis certaine que vous apprécierez le repas, qui, je le rappelle, est offert à tout le monde par l’AEPS, en une forme de remerciement de celle‐ci à ses «has been»  et à ses actuels membres pour la bonne marche de l’académie depuis 30 ans.
Corseaux n’a pourtant pas que des attraits de table à offrir.
Cette localité de 2000 habitants, essentiellement vouée à l’habitat, abrite et a abrité des personnalités de l’art et de la culture. Parmi eux, Igor Markevitch ou Hugues Cuénod, l’acteur James Mason, ou les écrivains James Hadley‐Chase et Graham Greene. Celui‐ci a passé ses dernières années au no 26 du chemin du Châno, où il mourut en avril 1991. Peu auparavant, nous avions emménagé, mon mari et moi, à la même adresse, et l’étiquette de notre boîte aux lettres fraya ainsi durant quelques mois avec celle de l’auteur génial du Troisième homme.
Graham Greene est inhumé au cimetière de Corseaux, tout près d’ici, où une plaque fut apposée en 2010, au cours d’une cérémonie entourée de tous les tralalas d’usage, plaque retirée aussitôt : elle comportait en effet une faute d’orthographe dans sa courte phrase en anglais ! On ne se sort jamais de l’écriture.
Tout ce qui était constructible à Corseaux a été construit durant ces trois dernières décennies, souvent sans grand souci d’esthétique. Pourtant, un architecte, lui aussi de génie, avait laissé une trace monumentale en 1923–1924. La villa Le Lac, appelée aussi la Petite Maison, fut construite par Le Corbusier pour ses parents. Cette maison préfigurait les célèbres Villas blanches de l’architecte de la modernité. Ouverte au public depuis 1984, il y a quelques années elle a failli être réduite à néant par la proximité d’un projet immobilier hideux, que la commune de Corseaux a dieu merci rejeté en consultation populaire.
Les habitants de Corseaux sont appelés tantôt les Corsalins, tantôt les Corsacu, même si cette appellation est reléguée aujourd’hui au rang de sobriquet.
La plupart de ses vins sont produits sous l’AOC de Chardonne. Le verre de l’amitié que nous allons prendre dans un instant nous est offert par la commune de Corseaux. J’espère qu’il vous plaira. Santé, conservation, et vive l’AEPS !

Académie des écrivains publics de Suisse